Békés, racisme et mépris : A chaque médium français le sien ?

On n’est pas sortis de la bitasyon…

Dans la série « Tiens, exploitons le sulfureux sujet du racisme des békés aux Antilles ! », c’est au tour du journal « Libération » de nous présenter son béké raciste et méprisant à souhait. Moins vulgaire, mais tout aussi catégorique que son cousin Martiniquais, celui là sévit en Guadeloupe, qu’il ne se voit quitter pour rien au monde… Et ben mézami, on n’est pas sortis de la bitasyon !

scarlett.jpg
Le bon vieux temps de certains...

Lire l’article de Libération
« Pour les békés, en Guadeloupe, « c’est chacun de son côté »
Un descendant de colons donne sa vision de la société guadeloupéenne et revient sur la crise dans l’ile

Morceaux choisis..

«Vous savez, ma mère, c’est l’ancienne école. Il n’y a pas longtemps, je lui ai dit qu’elle devrait payer plus de 5 euros sa femme de ménage, car ce n’est pas légal. Elle ne me comprend pas. Vraiment pour elle, cela n’a pas de sens. Elle me dit qu’avant on ne les payait pas, et qu’en plus elle dormait dans notre maison. Moi, je n’ai été élevé que par des nounous antillaises. Ma mère, elle est comme ça, elle les aime, mais c’était un autre temps. Et tout change très vite. Regardez Obama, aux Etats-Unis !»

Concevable le mélange entre békés, blancs créoles, métros et «Antillais de couleur», selon son expression ? «Non, non, chacun de son côté, mais dynamique, chacun faisant ses affaires.» Et comme un lapsus, elle lâche : «Regardez, un temps cela a bien marché en Afrique de Sud.» Puis se reprend : «Mais ce n’est plus possible.»

Il est surtout agacé que le Medef local soit représenté par Willy Angèle, simple salarié d’un grand groupe. «Ce n’est pas un entrepreneur, il n’a rien créé, c’est une très mauvaise idée que de l’avoir choisi, mais on le sait, il n’est là que pour un temps, pour faire la transition.»

Sans commentaire pour le moment…

En attendant l’ouverture du forum déjà annoncé dans ces pages, j’attends ici les réactions de mes copines de débat, Zorro, B2K2, Padhoc et des autres intervenants du débat commencé ici, et qui a atomisé le record de commentaires sur ce site :

Alain Huygues Dépointes, comment ruiner un béké antikamite ?

A suivre…

____________________________________________

La photo dans son contexte :
moncinema.wifeo.com/autant-en-emporte-le-vent.php

5 comments on “Békés, racisme et mépris : A chaque médium français le sien ?”

  1. Zorro dit :

    Voilà! On y est!
    Zorro

  2. Fleuryval dit :

    « celui là sévit en Guadeloupe, qu’il ne se voit quitter pour rien au monde. »
    C’est fou le nombre de gens méprisants qui ne se voient pas partir dans les semaines ou les mois qui précèdent l’heure des valises. 😉

Comments are closed.