Belya Myriam Makeba !

Une sortie de diva !

Elle nous a fait à 76 ans, d’une crise cardiaque, après un concert où elle a chanté ces succès qui l’ont faite immortelle, après avoir vu l’avènement d’Obama, un départ de diva…

PATAPATA… LE TUBE MONDIAL QUI NOUS LA RÉVÈLE

C’était notre idole à la maison, entrainés par Monique, l’une de mes grandes soeurs, qui nous a permis de connaître par coeur tout son répertoire. Pata Pata, Malaïka et la Cklik song sont les morceaux qui ont bercé nos oreilles d’enfants et de futures chanteuses à Régine et à moi… Inoubliables moment de découverte de la musique africaine que nous n’avions jamais entendue que par les succès des Ryco-Jazz, des Africains qui avaient formé en Martinique, un orchestre de célèbre mémoire… Freddy, Jerry, votre souvenir me monte tout à coup au nez comme de la moutarde.

MALAIKA, SA PLUS BELLE CHANSON D’AMOUR

Myriam Makeba est morte… Et le monde brille un peu moins. Vite, l’annoncer à Seku qu’elle avait tenu à rencontrer et à contacter lors d’un de ses voyages à Paris. Comment une telle star le connaissait-elle ? Elle s’était renseignée pour savoir qui elle devait rencontrer dans cette grande ville où elle devait se rendre. On lui avait dit Seku Mâga, le bouillant animateur de l’émission « Liberté d’expression » sur la radio Diaspora 2000, ancêtre de Média Tropical aujourd’hui Tropic FM. Elle n’a pas hésité. Elle lui a demandé de venir la voir à son hôtel, le reste leur appartient.
Avec elle, j’ai partagé un pianiste, le talentueux Luther Perraut, pianiste martiniquais qui avait fait son retour au pays natal après l’avoir accompagné partout, y compris dans le salon de Nelson Mandela qui les avait reçus en grandes pompes. Lorsqu’ entre deux prises de son des maquettes qu’il m’a réalisées dans son petit studio du Lamentin, je lui demandais de me parler de la diva, Il ne manquait jamais de dire quelle dame simple était celle qui avait été classée comme terroriste par le régime de l’apartheid, qui transforma son exil en croisade sur les scène du monde, qui se vit très tôt revêtue de la plus belle responsabilité possible, celle d’incarner la « Mama Afrika » de tous !

SA CLICK SONG QUI S’INVITE SUR LA SCENE INTERNATIONALE

Myriam-mère-de-l’Afrique est née en Afrique du Sud, a vécu en exil et est morte en Europe, laissant orphelins ses fans du continent et de la Diaspora, cette Afrique de l’autre bord dont elle a contribué à forger la conscience.
C’est tout ce que je peux dire pour le moment. Je ne peux plus que pleurer sur cette petite phrase que je l’entendis prononcer, lorsque interrogée par la télévision sénégalaise lors de son dernier passage où elle était venue parrainer une manifesatation, elle avait regrettée de n’avoir pas été conviée à chanter. « Je ne sais pas, peut être qu’on m’estime trop vieille, avait-elle dit, en substance… Mais je ne suis pas trop vieille pour chanter et c’est ce que je voudrais continuer à faire… »
Et c’est ce qu’elle a fait, jusqu’à cet ultime concert de dimanche soir en Italie, où elle a offert tout ce qu’il lui restait de coeur, à ce public qui lui est resté fidèle durant toutes ces années.
Adieu Madame, ou plutôt au revoir, car nous n’en n’aurons jamais fini avec toi, Mama Africa !

Image de la Une : http://www.lookdestar.com/look-miriam-makeba/photo-look-style-miriam-makeba/