Carte blanche à… Myriam Thiam

MYRIAM THIAM, UN COEUR DE POETESSE

Myriam Thiam

Vous savez dejà de ma copine Myriam Thiam, qu’elle a une fort jolie voix et qu’elle est l’une des choristes attitrées de « Bokâtaj », mon prochain spectacle. Pour elle, j’ai inventé le mot « irradiance ». Mais saviez vous que sa plume est légère comme la brise marine, dont elle se joue parfois, en mots choisis, comme dans ce texte où elle dévoile son cœur de poétesse… Je parie que vous aviez oublié combien peut être agréable un petit poème en plein jeudi !

POPENGUINE-THIOUPAM

Longtemps j’ai regardé
Tes moutons hardis
Partir à la conquête
D’étendues sableuses
Et cent fois déconfits
Puis revenir aspirés
Des hauteurs d’azur et d’émeraude
Avant d’inlassablement
S’élancer de nouveau vers leur défaite

Et pourtant
Qui dira combien d’assauts vains

C’est ce temps qu’il nous manque
C’est cette volonté qui nous fait défaut
C’est ce sens de l’histoire qui nous échappe.

Dessin falaise

D’une roche à la falaise
La plage s’étirait
Et la mer en un lent déferlement
Cousait au point du vent
Leur histoire commune.

Des pans de falaises
Taillés comme à la serpe
Les flancs à nu
Arrêtes évoquant d’anciennes blessures
Se dressaient face à l’océan
Et nous taisaient l’histoire égrenée
Engrangée au fil du temps

En cette heure où les crabes sortaient
Longtemps avant le crépuscule
Le rocher s’était emmitouflé d’argent
Et ciel et mer se répondaient
Pendant qu’altier il virait à l’ébène.

Une falaise
Un roc
Un croissant de sable fin
Ourlé de moutons d’écume
L’émeraude et le turquoise
D’une mer étale
Un vent léger charriant

Murmures et caresses
M’emplissent d’éternité, de paix.

Ce n’est pas de tes pleurs dont j’ai besoin
Tes pleurs ne m’émouvront pas
Mais de ce temps d’attention
Ce n’est pas de tes pleurs dont j’ai besoin
Mais de tendresses espérées
Ce n’est pas de tes pleurs dont j’ai besoin
Mais de tes caresses désintéressées
Ce n’est pas de tes pleurs dont j’ai besoin
Mais de ta peau à la mienne
Ce n’est pas de tes pleurs dont j’ai besoin
Mais d’une présence émaillant le fil du temps
Ce n’est pas de tes pleurs dont j’ai besoin
Mais d’une épaule où poser ma tête si lourde
Ce n’est pas de tes pleurs dont j’ai besoin
Ils me renvoient à tant de défaites encourues
Ce n’est pas de tes pleurs dont j’ai besoin
Mais d’actes aboutis d’un amour triomphant
D’actes réconciliateurs…

(Myriam Thiam, le 18 juin 2005)

Photo dans son contexte original : monmondevisuel.dhblogs.be/dessins/.