Chocolat : Un petit bout de ses mystères

Miam, miam, miammmm !

Le voilà, de nouveau à la mode trois mois après Noël et on en redemande… Mais au fait, comment on fait ces petites choses délicieuses qu’on va passer sur notre conscience aujourd’hui, sans modération ?
chocolats-boules

Ici, on est nombreux à être fous de chocolat, n’est-ce-pas ? Je vous ai déjà raconté l‘histoire de cette merveille ici dont on s’était alors demandé si elle était drogue ou médicament… Moi, j’avais je crois clairement choisi mon camp.

Qu’il soit en barre, en tablettes, en carrés, en boule, en glace, en particulièrement les jours de première communion où il est servi chaud, onctueux et parfumé avec le pain au beurre, le chocolat est un médicament dont j’adore être droguée, définitivement.

Je l’aime sous toutes ses formes. Des formes traditionnelles ou fantaisistes qu’on lui donne vous savez comment ? Comme ça :

Il est des enfants dit-on qui, en ce moment même, en cherchent partout dans les jardins, tandis que d’autres (plus grands il est vrai) vont directement dans le frigo !

Là où des petits cœurs en habits dorés n’attendent que mon envie,  bien lovés dans cette petite boite soigneusement cachée dans le fond du fond du bac à légumes pour tromper l’ennemi… Tu devrais vérifier tu’n crois pas ? Heu… une seconde…

– Hein ? Mes chocolats ? Ou sont mes chocolats waye ? Munyahni !!! Munyahni qu’est ce que tu m’as fait là ? Munyahniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ?!?!

___________________________

Dévorer… pardon, voir  l’image dans son contexte :
tanabula.cowblog.fr/