Dakar dans le noir, Dakar sous les eaux : le désastre !

Kan sé pa yon, sé lot..

Quand ce ne sont pas les eaux qui envahissent cours et maisons, faute d’être écoulées, c’est l’électricité qui se fait rare… Alors Dakar, d’habitude si calme, voit rouge !

[Not a valid template]

Si les pluies martiniquaises du moment inquiètent les autorités pour les risques d’inondation, de glissements de terrain et de débordement des rivières qu’elles entrainent, à Dakar, on se lamente aussi actuellement des inondations causées par les pluies pourtant habituelles de la saison du même nom ! Certains quartiers et faubourgs sont en effet sous les eaux, ce qui provoque la colère des habitants.

En ce moment les populations sont déjà privées d’électricité la plupart du temps. Les coupures de courant ont en effet recommencé san manman... Certains de mes amis guettent durant la nuit les deux heures durant lesquelles la précieuse énergie est « envoyée », afin d’avancer dans leurs dossiers. Sans électricité, des pans entiers de l’économie ne fonctionnent plus !

Bref, pour tous, les coupures plus les inondations, c’est carrément insupportable et certains entendent bien se faire entendre en descendant dans la rue ! Les autorités semblent assez démunies face à cette colère qui se manifeste dans les quartiers par des bris de glace, des pneus brulés, des cars saccagés…

Olala, ce n’est vraiment pas drôle tout ça… Je pense à vous mes amis, qui êtes actuellement dans l’incapacité de travailler et de vivre normalement, et je vous plains.

Je suis de tout cœur avec vous dé…

__________________________________________________

* Kan sé pa yon, sé lot : quand ce n’est pas l’un, c’est l’autre
« san manman » : sans maman, impitoyablement…

Voici l’image dans son contexte, sur la page : www.dakar-info.com/…/

2 comments on “Dakar dans le noir, Dakar sous les eaux : le désastre !”

  1. Madama dit :

    Mon pauvre Sénégal !

  2. sylviane dit :

    Merci de ton attention pour les naufragés de l’hivernage dakarois…;-)
    je précise « dakarois » car en fait cette ville qui s’est urbanisée sauvagement en paye le prix fort à ce jour!
    Cela fait bien une trentaine d’années que le Sénégal vivait un cycle de sècheresse; il semblerait que nous revenions à la période de mon enfance qui nous amusait tant, car « hivernage » correspondait à « vacances » et surtout il y avait ces grandes piscines dans les rues qui faisaient nos joies d’enfants insouciants.
    je vis à ce jour cet hivernage avec angoisse et peine pour toutes les personnes dont les maisons sont sous les eaux, les difficultés à se déplacer, à rejoindre leur lieu de travail, l’insalubrité que cela entraine, la recrudescence des moustiques et le paludisme qui viendra avec, une possible épidémie de choléra, et tout cela en faisant le ramadan… parfois l’humain peut se sentir abandonné de Dieu, mais ce n’est pas lui le grand fautif de ces situations…Les responsabilités sont ailleurs et bien terriennes!

Comments are closed.