Grand deuil !

Oh, Mayikeul…

Non, là, arrêt sur image, arrêt sur tout ! Mickael est mort… Oh Mayikeul de toutes les questions que le monde entier se pose aujourd’hui en pensant à toi ! Le monde entier. Toi qui étais déjà un mythe, que deviendras tu maintenant que tu n’es plus là pour nous répondre. Chacun le vivra comme il voudra, mais à cette heure, un petit garçon aux joues gonflées de talent, chante « Ben » dans ma tête et c’est ce génie là, que tu restas toujours, et qu’aujourd’hui je pleure…

mickael-jackson.jpg

Oui, je pleure. Oh, les larmes ne coulent pas. Ce serait inconvenant. Mais dans le cœur, quel torrent ! Mickael, Mickael, Mickael ! Tu as toujours fait partie de ma vie, on a grandi ensemble dans ce monde où nous avons partagé le fait de devoir se défendre contre l’antikamitisme, ce racisme anti-Noir contre lequel les artistes de la « race », emmené par notre idole à tous James Brown gueulèrent à la gueule du monde le « I am Black and Proud ! » que nous allions reprendre aux Antilles par nos coupes afro et l’écoute permanente de ces voix qui galvanisaient notre invisible lutte de R.E.S.P.E.C.T. : Aretha Franklin, Les Suprèmes, Otis Redding, Percy Sledge, Les Jackson 5 !

Et te revoilà, le plus jeune de tous, mais de loin, olala, le plus talentueux… Seule la petite Janet qui déboule elle aussi toute enfant sur la scène pourrait t’égaler ! Peut-être… Quand elle sera grande. Pour l’heure, tu es avec ta coupe afro et ton gros nez le symbole de ce même génie qu’un jeune Sammy Davis avait lui aussi, en son temps, réussi à imposer à tous ! En chantant pour lui le jour de son dernier hommage public, tu m’as fait pleurer (hé oui, c’est une habitude que tu avais de me faire pleurer frère…) tu as à la fin de la chanson  « You was thère » que tu lui as dédiée, saisi à pleine main tes graines, tandis que l’autre main brandissant le V de la victoire, disait sans parler : Merci d’avoir ouvert le chemin. Tu as souffert pour cela, mais aujourd’hui, regarde moi ! Je suis le Roi ! Tu as gagné. Et on les emmerde !


Hommage de Mickael Jackson à Sammy Davis Junior : Terrible !

Oh Mayikeul, Mayikeul ! Tu te fis diable dans Thriller. Ce faisait, tu t’es fait demi-dieu. Cela pouvait-il durer ? Qu’est-ce que tu nous joues là ? Il va se trouver sans doute pour se souvenir aussi aujourd’hui de ce qui a été dit sur les mœurs odieuses dont on t’a accusées, et que tous tes fans souhaitent avoir été inventées pour te faire du mal, ternir l’étoile qui brillait au dessus de ta tête de Noir. Elle brillait tellement que nous n’avons pas vu à quel moment tu es devenu blanc. On a suivi quelques étapes où tu étais si beau, qu’on ne se posait même pas la question de savoir ce qu’étaient devenues tes grosses lèvres d’enfant noir et tes cheveux grainés. Devenir blanc quand on est noir, c’était donner au monde entier une preuve irréfutable de ce que l’esprit d’un être humain peut être décervelé par la conception qu’on lui a donné de lui-même, de son (in)humanité, de son image, de la beauté, de l’esthétique, du monde…

michael-jackson2.jpg

Que retenir de toi à part le fait qu’une chanson de toi accompagne tellement de bons moments dans notre vie ? Chacun retiendra la sienne… Mais tout le monde, je dis bien tout le monde, todo el mundo, all the planet, tout moun asou la tè ne peut avoir, à l’heure où tu nous quittes que ces mots à la bouche : quel talent ! Quel talent ! Quel talent !

Et pour ça, Respect Mayikeul ! De tout mon cœur

_____________________________________________

Hommage publié ce jour sur www.wootico.com

Voir la photo dans son contexte :
pek.blogs.com/…/50-ans-de-michael-jackson.htm