Grève générale : Les artistes défilent aujourd’hui !

Les Artistes en marche

Aujourd’hui, les artistes et acteurs culturels du Département marcheront alternativement en musique et dans le silence, pour ajouter leur voix au concert de protestation générale qui secoue le pays contre l’abus !

Je viens d’apprendre par Jocelyne Béroard qui milite au sein du seul syndicat des artistes de la Martinique, qu’une plate forme de revendications propres au secteur a été élaborée et déposée par les artistes, présents sur le terrain depuis le premier jour de la grève générale.

Tant mieux ! car c’est ainsi qu’il faut monter au crénau. Je vous en dirai plus quand j’aurai vu Jocelyne, ce qui se fera demain, car nous avons rendez vous à 9 heures ce mercredi à l’Atrium pour marcher nous aussi kont profitasion !

J’espère que nous serons nombreux au rendez vous comme ce fut le cas cet après midi de mardi où, répondant à quelques sms lancés par des amis, des centaines d’artistes, dont deux groupes à pied ont défilé.

C’est ainsi que je fus amenée à participer à l’élaboration du communiqué appelant à la mobilisation de mercredi. Cela s’est fait après la manifestation, quand on décidait de la marche à suivre, sous la houlette principalement de José Marie Rose et de Corine Emmanuelle, entourés de yv Mari Séraline, Bérard Bourdon (le théâtre était bien représenté puisque j’ai aussi vu Lucette Salibur) et d’autres…

Auparavant, nous avons fait un grand rond dans la ville, partant de l’Atrium, virant devant la Maison des Syndicats, continuant jusqu’à la Préfecture où se déroulaient et se déroulent encore les négociations que l’on dit serrées… Une marche ponctuée de « Manman la grève baré mwen » joué par les deux groupes réunis pour l’occasion, et de plages de silence. Car c’est le silence que les artistes ont choisi comme mode d’expression de leur désapprobation envers tout ce qui se passe dans le pays, que les Guadeloupéens ont si justement appelés la profitation, l’abus !

Tout au long du trajet, j’ai vu les gens, très souvent vêtus de rouge, couleur de la colère et de la force qu’ils entendent manifester. Beaucoup sont jeunes. Mais je remarque des gens que je n’ai jamais vus dans les rues lors de manifestations de ce type… Des personnes âgées, en très grand nombre, des femmes surtout, dont beaucoup debout près de la Préfecture, (là où c’est le plus chaud puisque c’est là que les nouvelles des négociations sont données) où le cortège a fait halte et où j’ai pu les observer.

Ces femmes ne manifestent pas d’habitude et aujourd’hui, elles sont là, certaines avec des enfants très jeunes. Des enfants, il y en a aussi beaucoup. Dans ce conflit, on défile en famille ! Moi même j’ai emmené Munyahni

Ce mercredi 11 février, dès 9heures, nous remarchons. Ce sera l’occasion pour moi de retrouver quelques bons amis qu’il faut que j’appelle tout de suite là même afin de m’assurer qu’ils seront présents. A demain pour la suite…