Haïti nous a plombés !

Nous en reparlerons…

C’est Samedi gras dans l’île, qui ouvre les festivités du carnaval. J’ai pas le cœur à faire la fête. Ni à confesser quoi que ce soit… Pourquoi ? Je pense que c’est Haïti, ça m’a plombé…
Carnaval 2008 en Martinique.

Nous reparlerons du Carnaval, il y aura sans doute de quoi car il n’y a pas eu de carnaval l’an passée à cause de la grande grève, (sur laquelle je me dois de revenir, de ça aussi nous reparlerons… ) Donc aujourd’hui, c’est samedi gras  et deux ans de lave bouillante vont normalement débouler dans les rues balisées de la ville. J’avais pourtant vraiment envie de revoir le carnaval que je n’ai pas vu et vécu depuis des années ! Je me voyais déjà courant le vidé, juste pour le plaisir, avec deux trois copines nostalgiques comme moi-même et peut être Munyahni que j’obligerai à venir. Je sais pas si je l’aurai fait, mais en tout cas, j’y pensais. C’était avant Haïti.

Nous reparlerons aussi du zouk, ce genre musical qui devait faire un grand vidé pour célébrer « 2010 année du zouk, » un grand rêve de conquête de ce genre musical que je partage avec quelques camarades conscients de l’intérêt. On devait faire plein de choses dès le départ ! Mais il y eut Haïti.

Le zouk et le carnaval ont toujours fait bon ménage, cela s’entend ! Comme chaque année, il y aura à partir de ce soir des zouks à n’en plus finir. Ils vont commencer dès 19 heures, après les vidés, et se poursuivront jusqu’au petit matin, si rien ne vient en perturber le cours. Et oui, parce que la violence a fait éruption là aussi et qu’il faut s’assurer un bon service de sécurité si l’on veut organiser un de ces grands zouks qui déchirent le carnaval. Je suis invitée à un zouk, mais je ne vais pas y aller. J’ai dit oui quand on m’a invité le jour de l’an. C’était avant Haïti…

Quand je regarde autour de moi, je vois plein d’amis qui avaient prévu de faire une foule de choses toutes plus importantes et sérieuses les unes que les autres et qui n’ont rien fait du tout d’autre que pleurer, s’empêcher de pleurer, se retrousser les manches et s’activer pour contribuer d’une façon ou d’une autre. Aujourd’hui, tout comme moi, ils se retrouvent sans aucun doute assis devant tout un tas de responsabilités volontaires ou imposées et dans l’incapacité de les assumer. Plombés !

Je comprends ce que peut ressentir un oiseau pris dans le mazout ! Pas vraiment de quoi rigoler… Mais bon, ne le prenez pas mal. Et si vous avez le cœur à la fête, à honorer Vaval ou St Valentin, ne vous en privez sur-tout pas ! Moi, ça va passer, comme il se doit…

On en reparle ? Tchiouuuuup ! Allez filez, amusez vous bien 😉

One comment on “Haïti nous a plombés !”

  1. Woody Cassy dit :

    En tant qu’haïtien, je t’en remercie. Ton article est émouvant. Je suis à NY et fan du carnaval. D’autant que je suis membre du Comité organisateur du Carnaval de Port-au-Prince.

    Merci du fond du coeur pour cette solidarité fraternelle et antillaise.

    Je me suis bien régalé à regarder les images du carnaval de la Martinique de 2006.

    À bientôt

    Woody

Comments are closed.