Jeudi 17 juillet : Mon aigritude !

HUMEUR DU JOUR
Smaley aigri

Argffff, je suis aigrie… parceque :

1 : Je n’ai pas d’électricité !

Avant hier soir, gros binz et énorme chute de tension, très effrayante ! Pas le temps de débrancher tout. Au retour du courant, tout le rez de chaussée de la maison est dans le noir ! Court circuit généralisé.
Hier, retour à la normale, jusqu’à 10 h du matin ou là, pafff ! la Sénélec remet ça : délestage !
Hein ? Vous allez remettre le courant à… 16 Heures ? Ça recommence, c’est ça ?
– Heu… ben oui, madame !
On-se-cal-me ! La pov dame n’y est pour rien, Iman… Res-pi-re ! Quoi ta mise à jour ? Et ben tu la feras le soir, et puis c’est tout ! pfffff
– Bon, et bien merci madame…
-C’est la Sénélec qui vous remercie madame !

Ah non, n’exagérons rien ! Ne me remerçiez pas, en plus !

Toute la journée, je rumine mon impuissance… L’electricien est venu pour réparer le court-circuit mais comme il n’y a pas de courant, et ben il est au chômage.
Vers 15 heures, le courant sénélec revient ! Chic ! Je me précipite à l’ordi pour faire ma mise à jour, lire mon courrier, faire mon boulot quoi ! J’allume l’ordi et je démarre à toute vitesse, des fois que ça reprendrait la Sénélec de nous le faire. J’ai presque fini quand, re-pafff ! Plus de courant. Cette fois c’est l’électricien. Il ne m’a pas prévenu. Tout mon boulot fichu en l’air. Argfff….

Je n’ai plus qu’à attendre. 17 h, 18, 20 h, il bosse, il bosse et moi, je crève de chaleur. Les bougies que j’ai achetées finissent à la vitesse grand V. J’en ai marre. 21 h, 22h… toujours rien. L’électricien fait la navette entre chez moi et mon compteur. Il n’y arrive pas. A un moment, je me dis qu’il faut me calmer. Plus je m’énerve et plus j’ai chaud ! Plus j’ai chaud et plus ça m’énerve… Je prends douche sur douche, mais cela ne me calme pas. Son incompétence me renverse. Et son trouble me touche. Je suis donc entre deux eaux, j’hésite entre le rassurer et le mettre à la porte, mais comme je suis bonne pate, je le rassure, tout en priant intérieurement pour demeurer digne !

Enfin bref, ça dure jusqu’à 23 h ! Là, le miracle se produit : et la lumière fut ! Mais c’est un bricolage et il reviendra demain (c’est à dire aujourd’hui) pour remettre tout en place. Je crains le pire !

2) Je n’ai toujours pas de gaz

Et donc le café aux chandelles, ça ne m’amuse plus du tout mais alors pas du tout ! Mes voisines ont du gaz et moi pas ! Parce que voici comment ca se passe : on ne trouve plus de gaz dans les boutiques. Il y a un camion qui passe quand il veut et qui s’arrêtte dans les quartiers les plus habités. Là, tout le monde se précipite et achète son bidon directement à la source. Donc il faut être là quand le camion passe, n’importe quand, et être prêt à se battre pour acheter !

Je ne suis jamais là quand le camion passe. Et il passe rarement. Je fulmine donc contre le distributeur qui ne fait pas les choses équitablement en livrant à la boutique ! Ca fait bien un mois que ça dure et là, vraiment, je craque. Ce matin, je n’avais plus de bougies valides pour faire le café, et le charbon ne s’allume pas. Grrrrrrr…..

Quand on commence la journée comme ça, comment voulez vous être ? En plus, Munyahni qui en rajoute une bonne couche avec cet humour grinçant qu’il n’a pas hérité de moi, je vous assure!

Allez, sois cool maman, écoute toi parler, heu… chanter plutôt : « Sois optimiste, aujourd’hui ! »
-C’est ça, fiche toi de moi en plus !
– Ben tu fais des chansons et tu donnes des conseils aux gens et tu ne les suis pas ?
– Hé, petit garçon, je suis en train de chercher quelque chose ou quelqu’un pour passer mes nerfs, alors bouge de là !
– Allééééé manman, tiens, pendant qu’il y a du courant, fais donc ta mise à jour, qu’en dis-tu ?

Alors voilà, ma mise à jour est faite. Dans l’aigritude, (moi aussi je peux inventer des mots pour traduire mon état d’âme) tandis que ma propre voix raisonne à ma conscience, l’optimiste essaie de se frayer un chemin… Il est encore tout petit, mais bien présent malgré tout…

Et si cette journée allait m’apporter les réponses que j’attends depuis si longtemps pour débloquer la situation ? Et si le courant revenait ? Et si la voiture de gaz arrivait devant ma porte ou pas loin ? Et si, tout à coup, ma joie renaissait ?

En attendant, le ciel se couvre dehors… Une bonne pluie, ca aiderait peut être ?

2 comments on “Jeudi 17 juillet : Mon aigritude !”

  1. Régine Féline dit :

    Salut Imaniyé,
    Ton journal nous manque, espérons que ce n’est qu’un gros délestage. Ou alors une incompétence de ton électricien.
    A très bientôt dans ton journal.

    Tes fidèles lecteurs.

  2. Gilles dit :

    Les réponses arrivent… cela dit je suis assez d’accord avec Moon

Comments are closed.