Le 22 mai, anniversaire de l’abolition de l’esclavage en Martinique par Aimé Césaire

A qui devons nous la liberté, à Schoelcher ou à des martyrs ?
Césaire a étudié cette histoire pas très claire.. Et nous éclaire.

Victor Schoelcher 22 mai par Koko

A gauche, la statue de Victor Schoelcher jugée sur un piédestal devant le Palais de Justice de la Martinique. A droite, la sculpture de Koko René-Corail qui orne la place consacrée au 22 mai par Aimé Césaire, alors maire de Fort de France. Deux versions de la même histoire, une officielle et une conquise de haute lutte.

Aujourd’hui, j’ai demandé et obtenu que soit déplacée l’heure de la répétition des Gonzesses parce que j’ai un impératif que je ne saurai manquer, assister à la conférence de Séku Mâga au Village des Arts, sur le thème de « Césaire mort en exil ». Je vous raconterai. Le choix de la date n’est pas du au hasard puisqu’il s’agit pour lui de commémorer le souvenir du 22 mai 1848, date de l’abolition de l’esclavage en Martinique.

Le temps a pour habitude de transformer le passé en histoire. 160 ans après l’abolition de l’esclavage, l’histoire de son avènement ne fut pas évidente à établir, et elle est reconnue depuis 25 à 30 ans seulement. Il a fallu se battre pour savoir et faire admettre que le 22 mai de l’an 1848, des esclaves lassés d’attendre un décret d’abolition qu’on leur promettait depuis longtemps, exigèrent et obtinrent, au bout de leur révolte, que soit décrété sur place et sur le champ l’abolition de l’esclavage en Martinique.

Depuis toujours en effet, l’histoire officielle enseignée en Martinique voulait que ce soit Victor Schoelcher et lui seul, qui nous ait offert la liberté. Une célèbre chanson traditionnelle (dont étrangement j’adore la mélodie) le consacre Libérateur par ces mots : « C’est grâce à Schoelcher qui a fait proclamer l’abolition de l’esclavage, C’est grâce à Schoelcher si aujourd’hui nous avons la liberté qui nous est si chère »…

Aujourd’hui, des milliers de gens vont se retrouver partout en Martinique autour du tambour bèlè, pour célébrer cette date qui est désormais incontournable, fériée et payée, et célébrée avec plus ou moins de faste et de solennité par toutes les municipalités. Beaucoup oublient ou ignorent qu’ il a fallu un long combat d’une poignée de militants anticolonialistes et indépendantistes pour que vers les années 70, on commence à considérer la date du 22 mai, date de la révolution antiesclavagiste de la Martinique, comme une date historique.

Pas une ville de la Martinique qui n’ait sa rue Schoelcher, et Fort de France a fait les choses en grand avec non seulement sa rue, l’une des plus florissantes du centre ville, mais aussi sa somptueuse bibliothèque, classée monument historique, et son Lycée qu’il fut il y a quelques mois, question de débaptiser en faveur d’Aimé Césaire. Lorsqu’il fut informé de cette démarche, Césaire s’éleva énergiquement et par écrit contre cette idée.

S’il y a quelqu’un qui connaissait et reconnaissait l’œuvre véritable de Schoelcher, c’était bien lui. Mais il prit soin de rappeler aussi à la conscience populaire le souvenir du sacrifice de la centaine de morts tombés le 22 mai 1848, au nom de cette liberté qu’ils n’ont plus supporté de devoir encore attendre. Il le fit de fort magnifique manière, en faisant élever dans un quartier très populaire, un très beau monument pour commémorer le 22 mai. L’œuvre du sculpteur martiniquais Coco René Corail est visible dans la rue du 22 mai qu’Aimé Césaire a inauguré le 22 mai 1971.

Ce jour là, il se fit professeur d’histoire. Je ne peux résister au plaisir de vous offrir son cours, ou plutôt son discours, un jour de verve où il fit comme à son habitude, œuvre de rigueur autant que d’humour et de poésie.

Rendez vous dans la rubrique « Documents » sous le titre :
Le 22 mai raconté par Aimé Césaire, le 22 mai 1971, Place du 22 mai à Fort de France

One comment on “Le 22 mai, anniversaire de l’abolition de l’esclavage en Martinique par Aimé Césaire”

  1. Zorro dit :

    A la Révolution française commencée en 1789 et non terminée.
    Zorro

Comments are closed.