Niokobok ! Merci les Soeurs !

ON SŒUR LE SOIR…LETTRE A REGINE
Chériya, Tu es toujours des nôtres… Surtout quand on sœur le soir.

les sistas
Iman, Té, My… Quel joli mot ! (Photo : Bago)

Sa ou fè sista ? Je t’écris pour te donner, comme tu me l’as demandé, des nouvelles des copines. Je commence par les chanceuses ?

Tu en connais une que je ne vois pas du tout en ce moment, et qui, sois en certaine, se la coule douce. Elle squatte en effet le balcon fleuri de chez papa, là-bas au village, où, entre deux petites ou grosses teufs, elle entretient amoureusement un joli petit gros poil, de ceux dont on sait qu’il ne durera pas puisqu’elle va bientôt retrouver son chéri, n’est-ce-pas ? Délicieux programme dans un repos tranquille.

Il en est une autre qu’on adore aussi et que tu n’aimeras pas trop savoir en pleine maladie d’amour. Elle en a mal partout. Oui, tu comprends, à force d’embrasser langoureusement son doudou, ils ont fini dans les bras l’un de l’autre, mais… au fond du lit, pareillement rétamés par la grippe. Et celle qui court insidieusement dans les rues de Dakar ces jours ci est une manière, comme dirait Shasha !

Voila donc deux sœurs avec qui je ne suis pas prête de me retrouver dans une de ces soirées que tu as vécues lors de ton séjour, et qui t’a je l’espère, laissé d’aussi bons souvenirs qu’à nous. On continue de faire nos affaires avec le sérieux que tu connais, mais on se ménage aussi quelques retrouvailles faites de grands éclats de rire et de bons petits plats.
Figures toi, ma chèèèèèèère, que nous avons en ce moment, un plan de dégustation de moules grosses comme le poing (nan, je plaisante pas), délicieusement nappées de jus de citron… Hummmmm…..Je ne te dis que ça.
En plus, c’est par-fait pour mon régime qui m’autorise tous les fruits de mer que je veux. Ah bon….. Parce que tu crois que je n’ai pas suivi mon régime ? Hé hé, je te réserve une surprise dans un prochain article. 😉
Je te disais donc, nous…

Nous ? C’est Té… Regarde comme elle est belle entre toutes, au milieu de l’image. Belle et simple, discrète et rayonnante. Elle est toujours aussi agréable à vivre et à sortir. Maintenant regarde à côté d’elle, Myriam, regarde moi cette… irradiance ! Comment ça n’existe pas ce mot là ? Qu’à cela ne tienne ! Je l’invente pour elle et je le maintiens, ça lui va trop bien.

Tu te doutes bien que si les sœurs sont aussi superbes, c’est que nous passons vraiment un bon moment.
Ce soir là, nous étions allées applaudir Bago qui débarquait de France et Joel Julians au « Meetys ». Alors évidemment, nous avons parlé de toi, pour regretter ton absence, tout en ressentant ta présence puisque tu ne nous a jamais quittées en fait. Nous nous le sommes dit.
Il fallait que je te le dise…
Bizu sucré.

Pour en savoir plus :
Régine Féline ? Ma plus que soeur…

Sa ou fè ? : Comment ça va.
Gros poil : chagrin d’amour