Joby Valente, Une reine mère dans la chanson martiniquaise

L’art de mettre le feu !

Il y avait de tout au Chant des Sirènes, en particulier des créatures aussi jeunes et belles que talentueuses. Elles ont reçu une leçon de beauté et de talent donnée par la doyenne de la soirée. A l’âge où dit-on, les femmes ne disent plus leur âge, quand elle est sur scène, elle dé-mé-na-ge !

[Not a valid template]Photo Wilfrid Terreau pour France Antilles

Dans la Cour des Grandes, demandez Joby Valente. Artiste depuis toujours, ardente défenderesse du droit à la conscience et à la justice de son peuple, militante des droits de l’homme, Joby est aussi une amie très proche de Manman. Le nombre de fois qu’elle a pris ma place dans son lit… Et toute la nuit, on les entendait rire kra-kra-kra ! Et c’était bien agréable…

Elle fut la première à nous convier sur la scène Régine et moi, car dès cette époque, elle décela  et encouragea nos goûts pour la musique et la scène. Nous fûmes ses choristes à 10 et 12 ans, et, suprême générosité, elle nous permit même de chanter en lead et en duo, en avant première de ses spectacles.

Tout ça pour dire que nous sommes de deux générations différentes, la sienne ayant ouvert la voie pour la mienne qui s’y est engouffrée avec beaucoup de reconnaissance.

Mais ce n’est pas à cause de cela seulement que j’admire Joby Valente. Je l’admire parce que elle arrive sur n’importe quelle scène et elle vous prend son monde, l’enveloppe comme un mouchoir, le plie et le met dans sa poche avec cet éclat de rire qui n’appartient qu’à elle et à mes souvenirs d’enfant… kra-kra-kra !

Ainsi, au Chant des Sirènes. Le premier soir, elle fut placée au milieu du spectacle. Quand elle a foulé la scène dans sa grand robe façon d’aujourd’hui, la tension est tout à coup montée d’un cran. Tout le monde connait Joby et son tube de 30 ans, « Diks la réyé », indémodable. Il suffit qu’elle l’entonne pour que la foule embarque dans le vidé ! Cette fois encore, ce fut le cas et elle a tout simplement allumé le feu.

Il était évident qu’elle tenait l’un des meilleurs moments du show, le plus chaud ! Et il fut convenu, le lendemain, de la faire clôturer le spectacle, ce qui fut fait et de fort belle manière puisque le public est parti en chantant et enchanté.

Bravo Joby ! Ou comme dirait ta copine Manman, stouk !
Et une petite dernière pour la route ?

Joby en live aux derniers Prix Sacem :
Diks la réyé

One comment on “Joby Valente, Une reine mère dans la chanson martiniquaise”

  1. Toutoune dit :

    Joby Valente, la grande dame que je suis depuis si longtemps. On dirait qu’elle ne vieillit pas… Très sympa comme leçon de jeunesse !

Comments are closed.