La loi de Départementalisation a 63 ans : l’égalité promise jamais réalisée…

Au départ, c’était une loi d’égalité !

Les images sont parfois bien plus claires que les mots. En voici deux, saisies par mon ami Delgres au moment où le conflit a basculé dans l’affrontement physique entre les grévistes et les gardes mobiles dépêchés sur place par Alliot Marie. Il y a aujourd’hui 63 ans que les 2 îles françaises de Antilles, la Guyane et la Réunion sont des DOM et on est toujours en quête d’égalité… Entre la France et ses DOM, on dirait que se joue un duel et non des duos…

[Not a valid template]
Duel et non duo… (Photo : Delgres)

Quand je regarde cette photo, je remplace dans ma tête la ceinture du gars par un bout de ficelle, et je me retrouve un siècle en arrière, où des Nègres pareillement dépenaillés bravaient les autorités armées de l’époque, les gendarmes et, avant eux dans l’histoire, les soldats et les miliciens, toujours blancs, chargés tout au long de l’histoire de nos pays, de faire respecter leurs lois… Aujourd’hui encore, on le voit bien que rien n’a changé…

Yo armé, nou pa armé ! Ils ont des armes, pas nous !

[Not a valid template]
Neg kont pwofitation kont CRS (Photo : Delgrès)

Rien ne change, sauf le sentiment que les Martiniquais, comme beaucoup d’autres parmi ceux que l’on appelle si inélégamment « les domiens » comme si c’était une identité, sont semble-t-il aujourd’hui,  animés de sentiments puissants, de ceux qui poussent à prendre des risques…

Voir ici la vidéo de ce moment hallucinant !

__________________________

B O N U S

La loi du 19 mars 1946

C’était le 19 mars 1946. Trois signatures et trois articles scellent le sort des colonies qu’étaient alors la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane et la Réunion qui, ce jour là sont faits « Départements d’Outre-Mer ». Ce titre devait être synonyme d’égalité de traitement entre les citoyens du continent et des anciennes colonies. Il n’en fut rien puisque jusqu’à aujourd’hui, les « Français d’Outre-Mer » continuent de se battre pour l’égalité des droits, des chances, de traitement, non seulement chez eux, mais dans l’hexagone.

Loi n° 46-451 du 19 mars 1946
tendant au classement comme départements français de la Guadeloupe, de la Martinique,
de la Réunion et de la Guyane française
version publiée au Journal Officiel du 20 mars 1946

Article 1er

Les colonies de la Guadeloupe, de la Martinique, de la Réunion et la Guyane française sont érigées en départements français.

Article 2

Les lois et décrets actuellement en vigueur dans la France métropolitaine et qui ne sont pas encore appliqués à ces colonies feront, avant le 1er janvier 1947, l’objet de décrets d’application à ces nouveaux départements.

Article 3

Dès la promulgation de la présente loi, les lois nouvelles applicables à la métropole le seront dans ces départements, sur mention expresse insérée aux textes.

La présente loi, délibérée et adoptée par l’Assemblée nationale constituante, sera exécutée comme loi de l’État.

Par le président du Gouvernement provisoire de la République :
FÉLIX GOUIN

Le ministre de la France d’outre-mer,
MARIUS MOUTET

Le ministre de l’intérieur,
ANDRÉ LE TROQUER

L’histoire de la Départementalisation telle qu’elle est racontée sur le site de l’Assemblée Nationale : je vous jure que ça vaut le détour…

One comment on “La loi de Départementalisation a 63 ans : l’égalité promise jamais réalisée…”

  1. Zorro dit :

    « Quand je regarde cette photo, je remplace dans ma tête la ceinture du gars par un bout de ficelle, et je me retrouve un siècle en arrière, … »
    Mais non, Imaniyé! Tu CHOISIS de voir cela, mais nous avons les mêmes ici!
    TU CHOISIS toujours d’y voir un relent de l’esclavage, alors que c’est une question de lutte des classes!
    Gadé douvan, pa toujou déyè!

    Oui, la bourgeoisie fera toujours tout pour faire respecter ses lois, faites pour elle et pour sa pérennité. Même si sa faillite commence à se remarquer un tout petit peu! Elle en fait tous les jours la preuve. Même Obama, as-tu remarqué? (affaire AIG: mais que peut-il contre le capital et ses turpitudes…)

Comments are closed.