Voir « Les derniers Maîtres de la Martinique » : Propos racistes, attitudes fourbes, orgueil démesuré, les békés se font pieger et se lâchent sur Canal +…

Un documentaire télé fait scandale en Martinique
où les békés se ridiculisent !

Depuis quelques jours, un documentaire de Canal Plus fait scandale en Martinique. Il évoque, dans le bouche d’un béké, les bons côtés de l’esclavage. On sait que les békés nous méprisent. Mais les voir le faire nous subjuge ! Le mieux pour vous c’est de regarder…

« Les derniers Maîtres de la Martinique »
Le Documentaire de Canal Plus par qui le scandale est arrivé !

eric_de_lucy.jpg
Eric de Lucy De Fossarieu, un des héros du documentaire : Une attitude édifiante, en toute sérénité !

En tant que journaliste ayant travaillé des années durant dans toutes sortes de média en martinique, j’ai eu à de multiples occasions, l’occasion de solliciter une interview de Bernard Hayot, que l’on pense être le béké le plus influent du pays. A chaque fois il m’a opposé une fin de non recevoir comme à son habitude, non sans avoir envoyé Eric de Lucy parler à sa place, ce dont ce dernier s’acquitte avec la plus grande conscience.

Il n’y a qu’a regarder le reportage pour savoir qu’Eric de Lucy sait très bien ce qu’il dit… J’ai eu donc l’occasion de l’interviewer, notamment au moment où les commerçants du Lamentin s’opposaient à la création de ce qui est devenu « La galléria ». Il s’était étonné du fait que nous soyons, au journal « Le Naîf » pour lequel je réalisai l’interview, les seuls à lui avoir demandé le point de vue des békés concernés, qu’il se chargea de donner dans nos colonnes.

Monsieur Bernard Hayot donc n’accorde pas d’interview et on ne sait pas ce qu’il pense. Mais on suppose qu’il pense comme son porte parole Eric de Lucy, son collègue Hugues Despointes, et tous ses cousins qui, sous la caméra presque cachée de Canal Plus, se lâchent et disent des choses incroyables qui nous font même si on est bien informés du fait, un effet très bizarre :

J’ai une bonne nouvelle ! Ton prêt de 50 millions d’euros a été transformé en subvention. Cela transforme ta dette en profit…
– Les historiens n’insistent que sur les mauvais côtés de l’esclavage, mais il y eut des bons cotés aussi…
-Les békés sont ce qu’il y a de meilleur…
– Le Noir est un enfant. Il faut être juste avec lui et on en obtient tout !
– Tous les békés descendent d’un parent unique, Voici le tableau qui le prouve.
– Les grévistes, c’est un jeu de rôle. C’est du cinéma !

J’en passe, et des meilleures…

Ils ont donc parlé et voilà qu’ils ont lézardé le mur qu’un Bernard Hayot dresse si soigneusement entre les autres et lui. Derrière cette barrière du silence, on les voit manipuler des Africains au niveau de l’Europe qui les subventionne grassement… tirer les ficelles d’une grève qu’ils jugent avec le plus grand mépris. Élaborer des stratégies de haut niveau pour maintenir leurs avantages et tenir à distance les familles de travailleurs qui hurlent leur colère sur le port…

Comment ont-ils pu se dévoiler à ce point ? Par la ruse d’un jeune journaliste, qui leur a fait croire qu’il faisait un reportage sur le pouvoir économique. « Ils ont voulu me montrer qu’ils étaient puissants, confie-t-il ». Les békés vont lui accorder une confiance totale, l’emmener avec eux en négociation à Bruxelles, à l’Elysée, au ministère de l’outre Mer, sans se méfier une seconde de cette caméra devant laquelle, lorsqu’ils seront habitués, ils vont lâcher les bombes qui leur explose aujourd’hui dans la caste !

Lui, le jeune journaliste n’en n’a pas perdu une miette raconte ici comment il les a bernés !

Au diable l’économie, il s’est concentré sur la vision et les propos des békés en tant que békés, c’est à dire descendants blancs des colons et esclavagistes de l’île dont le documentaire affirme qu’ils sont les Derniers Maîtres.

Et ils le prouvent. J’imagine très bien leur tête en découvrant qu’ils s’étaient fait avoir comme des bleus, et menés à leur tour en bateau !

Pffffffffffffff, c’est pathétique…

____________________________________

Photo dans son contexte :
http://www.contact-entreprises.com/cms/cms_article.asp?id_cms_article=53534632519

15 comments on “Voir « Les derniers Maîtres de la Martinique » : Propos racistes, attitudes fourbes, orgueil démesuré, les békés se font pieger et se lâchent sur Canal +…”

  1. pahdoc dit :

    Wahooo!!! elle est plutôt.. rouge, non?
    Blague à part, c’est une belle femme cette Claude Bergeret, merci ça donne du courage.
    Ce qui est blanc aujourd’hui c’est la neige qui tombe sur mes montagnes et en plus il fait froid!!!
    Bonne journée

  2. imaniye dit :

    Merci Pahdoc !
    En ce qui concerne l’élection d’un blanc en pays Noir, tenons compte du fait que le système d’élection occidental a été importé en Afrique qui a toujours eu ses propres critères de choix quand il s’agit de désigner un dirigeant…
    Dans nos royaumes traditionnels, on choisit des rois et des reines.
    Connaissez vous Claude Bergeret ? Non ? Et bien vous serez étonnés d’apprendre qu’elle est reine de village au Cameroun. Et elle est blanche de chez blanche… enfin beige on dira, pour donner raison à votre fille et mettre un peu d’humour dans ce sujet volcanique…

    Plus d’infos ?

    Lire une interview de Claude Bergeret, « La reine blanche » en pays baméléké :
    http://reportagescameroun.uniterre.com/28231/Claude+Njik%E9-Bergeret,+%22%3BLa+Reine+blanche%22%3B.html

    Encore merci de votre soutien et de votre compréhension.
    Passionnément
    Imaniyé

  3. pahdoc dit :

    Tenir, Imaniyé, tenir et ne jamais baisser les bras. Tenir et ne pas sombrer dans leur provocation, car celui qui frappe est toujours le coupable! Tenir et ne pas sombrer dans leur haine, car c’est la leur et c’est si désagréable à ressentir. Il existe des gens très doués pour éveiller ce qu’il y a de pire en nous. Tenir avec la force de la loi.
    Pour ce qui est d’un blanc élu en Afrique par des noirs, ( Ma fille qui est congolaise n’arrête pas de ne dire qu’elle est marron et que moi je ne suis pas si blanche que ça!) donc, il faudra peut-être attendre un peu… Il y a quand même un « léger » contentieux. Ce n’est pas une journée ( le 2 décembre) pour l’abolition de l’esclavage qui va laver l’histoire… même si c’est un début il faudra aller plus loin dans la reconnaissance.
    L’effet Obama est en marche.
    Je suis de tout coeur avec vous.

  4. imaniye dit :

    Vous avez tout à fait raison Le Rejet !
    Je peux vous dire qu’en ce moment même, un certain nombre de plaintes sont en cours. Le recours légal est une des réactions et une des solutions pour lutter contre la survivance de ces pratiques et de ces pensées d’un autre temps.
    D’autre part, je pense sincèrement que toutes les réactions sont recevables…
    D’autres se préparent. Souhaitons que nous saurons toujours raison garder comme on dit, mais la première réaction à l’insulte ou à la giffle, comment l’éviter ?
    Je sais pas, je demande…
    Merci de votre visite et de votre contribution.
    Imaniyé

  5. le rejet dit :

    Félicitations pour ton billet. Ce film que je n’avais pas vu lors de sa diffusion, étant à l’opposé de l’hémisphère, est incroyablement bouleversant. Je le prends malgré tout avec l’esprit critique car je sais bien aussi que les journalistes ne sont que très rarement objectifs et je le prends comme la charge qu’il se veut être.
    Je suis abasourdi par les propos de ces messieurs.

    Ils remettent en cause ce que je disais à un copain il y a quelques jours: il faut que nous prenions garde à l’excellent symbole Obama. Il a un revers de la médaille c’est que le racisme va changer de camp à terme.
    Ainsi du blanc raciste on passera au noir raciste. En effet, a t-on jamais vu un pays africain élire un blanc à sa tête? En verra t-on jamais un?

    Je vois qu’en Martinique, tous ces vieux clichés sont immuables…
    En rejet de la diaspora arrivé sur le caillou Calédonien, nous vivons les mêmes situations en Calédonie.
    Pourtant en France, n’existe t-il pas une loi contre le racisme et la discrimination? Une loi contre l’apologie des crimes contre l’humanité telle qu’elle est systématiquement appliquée au Professeur Faurisson par exemple?

    Pourquoi un collectif martiniquais ne porte t-il pas plainte pour apologie de crimes contre l’humanité pour ces propos soulignant les bons côtés de l’esclavage?

    Peut-on parler de bons côtés des camps de concentration? NON Alors pourquoi n’utilisez-vous pas les recours tout simplement légaux qui ont fait leurs preuves dans d’autres circonstances? Ne jamais rien laisser passer de ce qui est inacceptable.

    Oui tout cela est pathétique et donne vraiment une impression de fin de règne, de fin de race pour reprendre leurs termes, et que cela s’applique de la même façon en Nouvelle-Calédonie qu’en Martinique.

  6. imaniye dit :

    Merci Padhoc,
    Bernard hayot ne dit JAMAIS rien ! C’est bien ce que je vous confirme dans mon billet. Par contre, ses lieutenants ne se gènent pas. Il suffit de revoir le reportage pour les entendre…
    Merci Gzyg ! Encore une fois, votre question est nécessaire…
    Passionnément
    Imaniyé

  7. Gzyg dit :

    Merci de cette réponse non voilée et encore toutes mes excuses pour la violence de la question.

    Je vais suivre cette histoire aussi bien sur ce blog que sur ceux qui voudront bien en parler.

    En vous souhaitant le meilleur et le plus chaleureux.

    à plus,

    Gzyg

  8. imaniye dit :

    Merci beaucoup de cette question Gzyg ! Et quelle question… Fon-da-men-ta-le !

    Les Martiniquais d’origine africaine complices… Oui, en quelque part, vous avez raison.

    Parce que les Martiniquais n’ont pas réglé le problème dès le départ comme ce fut le cas en Guadeloupe où dès l’abolition le problème béké fut résolu par l’élimination physique de ceux ci ! En Martinique, nous n’avons tué personne. Nous avons continué, une fois la liberté acquise, à les considérer non plus comme des maîtres (quoique…) mais comme des « patrons ».

    Complices, oui nous le sommes, car c’est nous qui assurons leur fortune au sein des multiples affaires qu’ils brassent : supermarchés, grands magasins, industrie agro alimentaire, agriculture, supérettes, importations, alimentation… Nous continuons de grossir les queues devant leurs caisses quand un simple boycott permettrait de les couler purement et simplement…

    complices, nous le sommes toujours de croire à « Tous créoles », le grand bain dans lequel nous sommes tous sensés être, Noirs, Blancs, Chinois, Indiens, Syro libanais nés en Martinique, liés par une sorte de fil invisible qui ferait de nous tous des frères. Les békés nous prouvent dans ce documentaire qu’ils ne pensent pas un traitre mot de cette alliance fictive !

    Complices, oui, nous sommes complices et avons permis que cet « anachronisme » comme vous dites se perpétue.

    Mais vous savez quoi ?
    Figurez vous qu’il s’est passé quelque chose de totalement nouveau grâce à ce reportage : les Martiniquais ont entendu dans leurs oreilles des propos que l’on prêtait virtuellement jusque là aux békés, mais que ces derniers se sont toujours gardés -pour des raisons évidentes- de proférer publiquement. Dans ce reportage, ils les ont vu et entendu dire et mépriser ouvertement et ça, ce fut un électro choc.

    D’ailleurs le béké Déspointes, celui qui voudrait que l’on trouve de « bons côtés » à l’esclavage dans le reportage, a affirmé au journaliste qui l’a réalisé que son documentaire était pire que la bombe d’Hiroshima ! Je crois qu’il n’a pas tord.

    Et peut être allons nous assister, dans les jours, les semaines et les mois qui viennent à une remise en place des choses.
    Peut-être que, dans cette ambiance de grève générale, les conséquences se feront sentir.

    Je peux d’ores et déjà vous dire que des milliers de sms circulent dans le pays appelant au boycott des entreprises békés et à une prise de conscience de cette situation que le racisme des békés rend définitivement intolérable.

    A suivre donc… Car complice un temps, ne veut pas dire complice tout le temps et j’espère que mes compatriotes Martiniquais sauront positiver leur indignation en posant des actes réfléchis en vue du rétablissement de la paix et de la justice dans le pays. Pour tous et non pour les békés seuls.

    J’espère que ma réponse vous satisfera. Tout cela se révèle en live finalement… Le débat reste ouvert

    Merci de votre visite et de votre commentaire,
    Passionnément,
    Imaniyé

  9. Gzyg dit :

    Bonsoir imaniye, (en métropole, c’est le soir).

    J’arrive de chez Maître Mô et ma méconnaissance totale des Antilles (honte à moi) conjuguée à ma relative connaissance de la nature humaine m’amène cette question :

    Quel est le degré de « complicité » de la majorité afro-antillaise qui permet à cet anachronisme de subsister ?

    Désolé de la violence de la question mais l’Histoire montre qu’aucun pouvoir dynastique ne dure aussi longtemps si le peuple (ou ses représentants, ses élites) n’y trouve pas un peu son compte…

    Merci, d’une part du lien vers ce reportage (je n’ai pas de télé), d’autre part de votre réponse.

    à plus,

    Gzyg

  10. imaniye dit :

    Merci Pahdoc pour votre visite et ce commentaire…

    Vous savez, comme je l’écris plus haut, nous savons tous ce que pensent les békés dans le secret de leurs belles maisons coloniales et le confort cossu de leurs bureaux high tec ! Mais c’est de les voir faire et dire qui nous fiche quand même une sacrée claque, même si on s’y attend…
    Et tout ça se passe, en Martinique, right now…
    On a peine à y croire, mais c’est là pourtant. Et il nous faut le boire.
    Nous ne pensons pas que l’effet Obama aura de prise sur ces gens là.

  11. pahdoc dit :

    c’est affligeant! consternant! écoeurant, le pire rôde partout et toujours, c’est une lutte de chaque instant qu’il nous faut mener et parfois…
    heureusement un petit miracle Obama , symbole que personne ne pourra jamais abattre et qui fera son chemin à n’en pas douter…
    Bon courage.

Comments are closed.