Les violences contre les femmes : un fléau mondial qui endeuille la Martinique

Un drame mondial

Rendez vous sur Radio Caraïbe International à 10 h aujourd’hui, pour préparer ensemble cette journée de sensibilisation et aussi de solidarité avec ceux et celles qui, au quotidien, sont confrontés à ces drames insoutenables dont l’enjeu est souvent la vie d’une femme…

25nov-affiche

En ce moment même, dans un des services de l’hôpital La Meynard de Fort de France, Pascale, une jeune femme de 29 ans, lutte contre la mort après avoir échappé aux deux balles et aux coups terribles de son mari, qui s’est donné la mort après. Hé oui, hélas, comme je vous en faisais déja part il y a quelques temps ici, la Martinique n’est pas épargnée de ces violences extrêmes. Pire, elles se banalisent tellement dans ce pays et dans le monde, que la violence contre les femmes, reconnue et traitée comme le  fléau mondial, a été décrêtée priorité mondiale par, l’ONU en décembre 1999.

Et il a aussi fallu décréter une journée internationale de lutte pour laquelle la date du 25 novembre a été choisie. C’est en effet un 25 novembre,jour de la Ste Catherine qui célèbre les femmes célibataires de 25 ans et plus, que les soeurs Mirabel, deux militantes des droits des femmes sont assassinées en République dominicaine en 1960.

C’est dans ce contexte que l’Union des Femmes de la Martinique organise une campagne qui a commencé samedi dernier et à laquelle elle m’a conviée à me joindre, ce que je fais bien sur sans hésiter. Aujourd’hui, mardi 22, je suis invitée à parler sur RCI avec Rodrigue, des manifestations du lendemain, qui seront clôturées par un concert avec de nombreux artistes. Voici ce que j’ai l’intention de dire :

1) Messieurs, venez rejoindre les femmes de l’Union des Femmes, car cette violence contre les femmes, ce n’est pas une question de femme, c’est une question de choix de société, de modèle que nous proposons à nos enfants. Cela concerne donc tous les membres de la société et tous doivent s’impliquer car les droits des femmes sont les droits de l’homme. C’est ensemble qu’ hommes et femmes,  doivent aider à cette lutte nécessaire à laquelle le monde est convié aujourd’hui. Car sous cape, beaucoup s’imaginent que cette cause est féministe au sens où elle oppose les femmes en général aux hommes en général.

2) Mesdames, il n’y a pas de « petite » violence. Une calotte, c’est souvent un signe précurseur. Méfiez vous de ceux qui jurent qu’ils ne recommenceront jamais ! On peut perdre le contôle parfois, mais il y a  pas frapper et frapper… Un homme qui tape une femme avec ses poings est un grand malade qu’il faut soigner…

One comment on “Les violences contre les femmes : un fléau mondial qui endeuille la Martinique”

  1. pahdoc dit :

    Bravo Imanye, Bel écrit, tellement juste et intelligent.
    C’est un réel combat qui est a mener conjointement hommes et femmes.
    Beaucoup d’homme sont aussi choqués que nous face à ces faits divers et n’ont pas envie de femmes effacées et soumises!
    Quand aux femmes battues, elle se retrouvent enfermées dans un cercle vicieux dont il est très difficile d’échapper, c’est pourquoi il est important que d’autres se mobilisent pour elles.

Comments are closed.