Locks à l’école : Pas question non plus de les cacher ! Ma colère gronde…

Le compromis entre Noé et le proviseur : tout aussi inacceptable !

Noé a repris le chemin de sa classe, mais il a pour obligation de cacher ses locks. Je trouve cette décision aussi inadmissible que l’interdiction de porter des locks. On ne considère donc pas du tout le problème comme résolu et là, ô grand jamais, on ne lâche l’affaire ! Nous devons exiger l’abrogation de ces dispositions discriminatoires !

locks-filles
On porte des locks… Et alors ?

Certains ont dit « Ouf ! ça y est, ils ont trouvé une solution ! » pour que ce brillant jeune homme reprenne le chemin de l’étude, lui dont la bêtise  a fait un symbole. Mais je suis loin de me satisfaire de ce pansement, au nom de l’idée que je me fais de la liberté et l’une des liberté que j’ai  est celle de me coiffer comme je veux, non ?

Je porte des locks pour un tas de raisons et encore une fois, n’étant pas adepte du rastafarisme (je suis animiste), je veux pouvoir me coiffer comme je veux. Tout en étant résolument hostile au fait de se rajouter des mèches en nylon pour se faire des coiffures occidentales tel le modèle que nous montrent les stars afro américaines et africaines qu’on voit dans le clips, je me battrai pour que ces gens puissent porter leurs faux cheveux, si tel est leur désir, leur envie, leur plaisir, le choix.

Je veux qu’il en soit de même pour moi, qui ai choisi de laisser mes cheveux pousser naturellement.

Je le veux pour mon fils, s’il décide de reporter des locks (il a changé il n’y a pas longtemps pour des tresses, et c’était là encore tout à fait son droit).

Je le veux pour ses enfants qui auront à choisir un jour la tête qu’ils veulent avoir.

C’est pourquoi, loin de me satisfaire de cette côte mal taillée qui permet à Noé de reprendre le cours de ses études interrompues par la bêtise et aussi par l’inculture, je demande l’abrogation pure et simple de cette disposition du règlement intérieur tout  établissement scolaire.

Parce que cet incident s’est déjà produit, qu’il va se reproduire, qu’il ne doit pas se produire du tout qu’il nous faut saisir l’occasion de régler une fois pour toutes cette affaire, en la portant vite au plus haut niveau ! J’invite tous ceux qui pensent comme moi qu’ils ont le droit d’avoir la coiffure qu’ils veulent à me rejoindre dans cette cause et à s’élever contre toute tentative de marginaliser et de casser à la base la jeunesse consciente de ce pays, en leur imposant une telle violence dans le choix de leur image dans la société !

Je publierai bientôt le témoignage de la comédienne Suzy Singa, qui a eu à imposer son fils dans un collège il y a quelques temps, pour exactement les mêmes raisons. Les instances avaient alors reculé, pour la même raison, au nom de la liberté.

Et puis, encore une chose : vous demandez à nos enfants de se COUVRIR la tête pour les mêmes raisons que vous exigez des musulmanes qu’elles se la DECOUVRE ?! Et puis avec tous les problèmes qu’il y a à résoudre dans notre pays, au lieu de vous en occuper sérieusement, vous voulez couper les locks de nos enfants ? Tchiiiiiiip, Awa, dèdètt, non !

Alors ça n’est pas fini, au contraire, ça ne fait que commencer…

_______________________________________

Voir la photo dans son contexte :
bouclesetcotons.aceboard.fr/67363-2476-4802-2..

7 comments on “Locks à l’école : Pas question non plus de les cacher ! Ma colère gronde…”

  1. ami dit :

    elles sont trop belles ces locks (photo ci-dessous) j’aimerai bien avoir ce styles, comment faire ?

  2. Sahada dit :

    Bonjour à tous,

    Les précédeents témoignages font montre d’une grande acception de ce style de coiffure, cest très bien.
    Je suis moi-même enseignante et j’en porte bien que j’en suis qu’à mes débuts.
    Cependant, je crois que les chefs d’établissements scolaires ont tout à fait le droit d’accepter ou de refuser le port des locks par les élèves ou tout autre personnel fréquentant l’établissement! Ils en sont libres.
    Il représennte l’autorité que nous devons respecter tout comme nous voulons qu’on respecte notre syle de coiffure; voulant fréquenter tel ou tel établissement nous devons soit nous plier aux règles ou envisager d’être scolarisé (dans le cas des élèves) ailleurs.
    C’est mon avis.

  3. William dit :

    sysy’s frozen–>
    Je ne connait pas trop les milieux religieux mais je ne pense pas que dans la religion catholiques les dread-locks soit vraiment tolérées, après cela dépend de l’ouverture d’esprit et de la tolérance de ceux avec qui vous travaillerais et pour les regards méprisants, si vous arrivez a faire abstraction de ceux que pense les gens de vous et que vous avez vraiment envie de vous faire des locks, lancez vous!
    En revanche si le fait d’être jugée vous fait souffrir réfléchissez y bien car il y aura toujours des gens pour vous rabaisser, au début de mes dreads j’étais comme ca et cela m’a travaillé mais j’ai réussi a oublier les critiques.
    Je vous conseille d’ignorer tout ce qu’on vous dira et de vivre comme vous le voulez et d’avoir la tête que vous voulez au nom de l’Égalité, de la Liberté!
    ps:Pour mon vécu c’est moi qui est écrit le message au dessus au même nom.
    Bonne chance.
    William

  4. sysy's frozen dit :

    salut à tous mon avis sur le sujet est qu’on a le droit de se coiffer comme on veut j’imagine qu’il existe des rastas qui ne porte pas les locks donc pourquoi cet amalgame ?

    je voudrais votre avis svp!!

    je suis « chabine » catholique pratiquante et j’en ai marre de porter des cheveux en plastiques. Je veux être fière de ma tignasse crépue mais je ne sais vraiment mais vraiment pas la maîtriser. Je trouve les locks magnifiques et j’aimerais bien m’en faire, mais je ne sais pas du tout ce que cela implique (le regard des autres etc); je me suis renseignée : beaucoup de peuples avant les rastas ont porté les locks alors je me suis dis que ce serait une façon de faire un hommage à des ancêtres certes lointains mais pourtant bien proches pour mon peigne. je suis une jeune étudiante et j’aimerais savoir répondre à ceux qui voudraient me mettre dans une catégorie!!
    un peu de votre vécu on va dire…
    merci a tous d’avance

  5. Imaniyé dit :

    Merci.

  6. william dit :

    En voyant ces témoignages je devrais être choqué et outré en tant que « dreadeux », mais j’ai tellement l’habitude de ce genre de réaction de la part des gens…
    La plupart des gens « normaux » (je préfèrerais dire sans aucune ouverture d’esprit) assimilent trop le port des dread locks a la consommation de cannabis et a la culture rasta, je ne saurais dire le nombre de fois que je me suis fait traiter de toxicomane au lycée par des élèves, des profs (je ne fume pas), je ne saurais dire non plus combien de fois j’ai du affronter le regard méprisant des gens dans la rue, dans le bus, dans le train…
    Et les contrôles abusif et répétés des forces de l’odre aussi, mais ca ne m’a rendu que plus fort et ca ma ouvert les yeux sur ce pays soit disant precheur de la liberté de l’égalité et de la fraternité.
    J’ai 18ans je ne compte pas me couper mes dreads bien aimée et même si plus tard je prendrais du temps pour trouver du travail même si je passerais des heures aux douanes lors de mes voyages je ne me les couperais seulement quand je le souhaiterais.
    Et j’attends, j’attends avec impatience que les mentalités changent et que les cultures, les apparences si différentes soit-elles soit enfin acceptés.

  7. Geneviève LILONG dit :

    Enseignante depuis de nombreuses années, adepte du cheveu naturel, en l’occurrence crépu car je suis négresse, depuis deux ans, j’ai décidé de les coiffer en locks car c’est bien d’une coiffure dont nous parlons.
    Force est de constater que ceci n’affecte en rien mon service et je n’ai pu noter aucune incidence sur le travail scolaire des élèves qui portent les locks ni aucune menace ni danger pour eux et leurs camarades.

    Les censeurs ne peuvent pas démontrer que les élèves coiffés en locks représentent un danger pour eux et pour les autres ni que cette coiffure est un signe ostentatoire d’appartenance à un religion, auquel cas les règlement pourraient l’interdire. Quel est donc le motif ?

    Il nous reste le droit de choisir la coiffure qui nous plait, la mode qui nous sied telle celle qui sévit en milieu scolaire chez les jeunes filles : la mèche devant les yeux, déconseillée par les médecins afin d’éviter le strabisme.

    Cassons les clichés et vivons nos différences !

Comments are closed.