Lundi 11 août : BOKÂTAJ, JOUR J – 30 !

BOKÂTAJ
UN SHOW EN PARTAGE

Ca y est, le compte à rebours est commencé. Plus que 30 levers de soleil avant que les projecteurs ne s’allument sur « Bokâtaj »,
le show que je prépare pour mes concerts au Vanuatu.
Une tournée qui me fait tourner la tête !

Cauri
Le cauri, symbole de l’échange et du troc

Evidemment que cela me fait tourner la tête, vous pensez bien, que de m’imaginer entrant sur scène ce soir là, sous un chapiteau prévu pour accueillir des milliers de gens qui ont payé très cher leur ticket pour voir Kassav à l’oeuvre. En Martinique, le dernier concert de ce groupe de légende en Martinique, en clôture du festival Culturel de Fort de France 2008, a montré l’attachement des Antillais à ce groupe qui a emmené, en musique, un petit bout de leur âme sur tous les continents. 35.000 personnes y ont applaudi Kassav ! On en attend le même nombre au Vanuatu, ce qui est énorme pour ce chapelet d’îles plongées dans l’océan mélanésien, à quelques 11 fuseaux horaires de Dakar…

Un public venu entendre le zouk qui les fait rêver depuis deux décennies, mais dont ils n’ont jamais vu de près aucun illustre représentant. Quant il s’agit du groupe qui a créé le zouk en tant que genre musical, comprenant Jocelyne Béroard, Jacob Desvarieux, Jean Claude Naimro, Jean Philippe Marthelly, Georges Décimus, alors là, le public ne peut qu’être très emballé. Mon rôle sera de les faire patienter, le plus agréablement possible. Pour ça, j’ai créé «Bokâtaj» dont je partage la réalisation avec une superbe équipe.

Kassav
(D.R.)

«Bokanté» est le mot créole pour dire échanger. Allons bokanter, allons échanger… Je te donne ça, tu me donnes ça... C’est cette notion de partage que j’ai choisi d’exprimer au cours de cette tournée. Je vais en effet au devant d’une civilisation et de peuples autochtones à la culture très riche, dont j’ai tout à apprendre. J’ai moi-même tellement à offrir sur la civilisation africaine dont je suis issue. Je ne peux pas repartir les mains vides, et si je vais là bas c’est surtout pour donner. Pour cela, une seule et merveilleuse solution, bokanter, échanger, prendre et donner, en plein accord mutuel, en plein plaisir partagé.

C’est ainsi que durant 1 h et demi, je vais chanter avec mes amis dans un décor pleins de cauris, le coquillage symbole de l’échange. C’est ce beau coquillage couleur ivoire que j’ai choisi pour illustrer Bôkâtaj, lui qui fut une monnaie d’échange usitée autant en Afrique d’où je sors, qu’en Mélanésie où je vais. Les cauris seront dans le décor, dans les habits, en couronne sur ma tête, en cascade dans mes cheveux, sur mes bras… Je n’en dis pas plus. N’oubliez pas, je vous l’ai promis : vous serez aux premières loges… Patience…

Laissez donc tourner ma tête aux rythmes de mon tour de chant,mais aussi au gré du répertoire de mes invités, avec qui je vais bokanter la scène, dont Régine Féline, Edu Bokandé et un jeune artiste du Vanuatu dont j’adore la voix, le style et la musique, Sharay B. Ces artistes à part entière pourront, durant le show, faire découvrir leur musique, qu’ils auront choisie.

Je vais bokanter particulièrement avec Sharay B durant le show, au cours duquel je vais aller dans le sens de Kassav, en interprétant quelques zouks. Mais ma musique veut emmener les cœurs et les esprits dans l’univers du bèlè dont même le zouk sera imprégné. Car c’est là qu’est ma couleur, ma vibration, dans le bèlè, musique de mes ancêtres porté par le son de ce tambour, poto mitan* de ma musique et de mon inspiration. Comme vous le savez, le tambour bèlè sera frappé par notre ami Bago. Et vous savez quoi ? Bago est au Sénégal en ce moment même, ce qui est pour moi le premier miracle de la tournée.

Mais… de tout cela on reparle mercredi, c’est promis, car demain mardi, j’ai un programme pour vous : que diriez vous de donner un petit coup de main au Dalaï Lama et à son peuple en échangeant une jolie et fort utile poignée de main avec… le monde ?

*Poto mitan : pièce maitresse, poteau central qui soutient toute la structure.
Photo : D.R. ausenegal.com (extrait)