Zazu, mon dernier amour de l’année

A la zazu, chérikoko

Je ne me suis jamais résignée à avoir un chat. C’était avant de connaître Zazou, la chatte de Régine, dont je suis tombée amoureuse rèd marteau !

[Not a valid template]

A Dakar, il me semble qu’on n’aime pas trop ni les chats, ni les chiens. Là où j’habite, il y a pourtant deux chiens qui font partie de la famille, Eros et Sally. Ils viennent de nous donner 8 charmants petits qu’on a eu un mal de chien à caser !

Par contre, dans la maison, pas de chat. Ah si, un vieux matou que je surprends parfois dans la cour, en train de guetter les pigeons, nombreux eux aussi à avoir trouvé refuge sous notre toit. Des fois, il en attrape un et on retrouve ses ailes dans la cour. Ce qui laisse les moutons complètement indifférents, trop occupés qu’ils sont à voler quelque herbe grasse arrosée à grands frais dans le petit jardin et qu’il faut surveiller, sinon c’est la cata… 8 mois sans une goutte de pluie, vous pensez !

Bref, La vie est quant même assez hard pour et entre les habitants de  ma cour et y introduire un félin ne me semblait pas être la meilleure idée. Jusqu’à l’apparition des souris.

Ces manmzelles ont débarqué un jour à la faveur d’un trou creusé dans ma moustiquaire par Sally, alors bébé chienne hyper mimi, donc pourrie gâtée par les enfants de la cour, y compris par Eros. Musieu avait commencé par jouer le mépris devant le chiot, avant d’en faire sa camarade de jeux quand elle fut devenue grande, puis bien évidemment, sa femme la saison des amours venue.

Mais on parlait des souris… Alors donc, les voilà installées, croisées, et bien évidemment multipliées et bouffant tout sur leur passage : documents, chaussures, linge, argfffff…

Et voilà que chez Régine, s’impose l’évidence, au moment où une toute petite boule de poils vient se blottir contre moi pour dormir, un soir. Hummm, c’était tellement bon… Je l’ai gardée et depuis, elle vient tous les soirs me rejoindre, quand je ne la trouve pas vautrée sur le coussin à m’attendre !

C’est ainsi que Mamzelle Zazu a pris mon cœur. Cette petite chose a été offerte à Régine par  Zaza Boislaville, une amie et artiste halucinnante que je me réjouis de vous présenter bientôt. La chatte de Zaza lui avait donné une bonne dizaine de chats à caser… de chattes plus exactement, rien que des petites femelles dont elle ne savait que faire. Elle en avait envoyé une d’autorité à sa copine Régine… qui avait justement un problème de souris qui démarrait chez elle. C’est ainsi que j’ai trouvée là, faisant partie de la famille, celle qui fut baptisée Zazou en l’honneur de Zaza.

Je l’ai regardé et j’ai adoré ses yeux immenses, les pauses incroyables qu’elle prend pour dormir, et ses jeux incessants où elle a la délicatesse de ne pas mordiller trop fort, pour ne pas me faire mal. Je sens bien qu’elle se retient et cela rend le jeu plus amusant pour elle.

Messieurs, j’imagine sans mal que les souris auront des problèmes, dé, avec celui que j’ai depuis décidé d’adopter, dès mon retour à Dakar.

Je fais donc passer cette annonce : « Cherche petit chat (un mâle s’il vous plait, je ne saurai pas quoi faire des petits d’une dame chatte), n’importe quelle couleur. Pouvu qu’il soit doux et qu’il ait de grands yeux. Et qu’il aime les souris !«