« Pardon » ne guérit pas les bosses Ségolène !

Même si c’est bon de se l’entendre dire…

Ségolène Royal est née le 22 septembre 1953 à Dakar. C’est donc en toute légitimité qu’elle vient au Sénégal et qu’elle est reçue jusque à la Présidence. Elle demande « pardon » pour le discours insultant du sieur Sarkozy à l’Université Cheikh Anta Diop… Mouais, mais…

segolene-a-dakar.jpg

Il a du se retourner dans sa tombe, l’illustre savant Sénégalais qui révéla au monde ahuri l’antériorité des Civilisations africaines et la vraie couleur des Pharaons antiques, Cheikh Anta Diop, lorsque le Président français a étalé son manque absolu de culture dans ce haut lieu qui forme 50.000 étudiants chaque année, provoquant un tollé général dans toute l’Afrique, pour notamment cette sentence absurde « L’homme Africain n’est pas assez entré dans l’histoire » et autres inepties…

En disant une telle énormité, qui révèle son degré zéro d’information sur le sujet, et la nullité absolue de ses conseillers, il est lui entré dans l’histoire de cette Afrique qui ne supporte plus le mépris ainsi ouvertement étalé.

Et pourtant, c’est le même Sarkozy qui allait dire quelques jours plus tard ces propos dès lors mensongers eu égard à son discours de Dakar : « Je n’ai pas deux discours… » et aussi « Je viens d’un continent dont l’histoire, y compris l’histoire récente, recèle d’abominables tragédies et je ne vois pas au nom de quoi je me permettrais, dans un pays où je suis venu en ami et qui me reçoit en ami, de m’ériger en donneur de leçons ».

Au Sénégal, il ne s’est pas senti « ami » d’un « pays ami » alors ? D’autant que dans son discours de tunis (dont l’intégralité est publié ici), il reconnait le haut niveau de civilisation de la Tunisie… qui n’est pas en Afrique alors… Pfff, avec ce mec, on finit par ne plus rien comprendre. Un proverbe antillais dit « Silon van, la tché poul panché » autrement dit « la queue de la poule se penche dans le sens où va le vent… » Voilà un proverbe qui convient bien en l’occurrence pour expliquer ces deux discours contradictoires en et sur l’Afrique.

En tout cas, Ségolène n’a pas laissé passer l’occasion de se distinguer dans son « pays natal », en réfutant les propos de son Président et en demandant « Pardon » pour lui, comme c’est relaté ici.

Il y a un autre petit proverbe antillais qui dit « padon paka djéri boss », « Demander pardon ne guérit pas les bosses », c’est vrai. En plus, venant d’une politicienne, on peut penser que cette demande de pardon n’est pas désintéressée. Je me demande si elle aurait « décristallisé » la pension des Tirailleurs Sénégalais injustement traités par la France (elle a aussi dénoncé le massacre de Thiaroye) si elle avait été élue Présidente. On  a déjà dit ici que la France attend que le temps règle ce problème, car il y a de moins en moins d’ayant droits vivants pour réclamer justice… Alors même que la France s’apprête à recevoir en grande pompes Obama en Normandie pour « ne pas oublier tous ces jeunes Américains qui sont venus donner leur vie pour nous sauver » l’ai-je entendu dire à la télé hier… Les jeunes Africains qui y sont allés, qui ont eu la chance d’en revenir, eux, on peut les oublier dans le même temps, après avoir essayé de les éliminer physiquement à Thiaroye ! J’ai déjà évoqué cette « abominable tragédie » de l’histoire de France ici même…

Mais quand même, c’est bien qu’elle soit revenue sur ce sujet qui n’a pas fini d’irriter les Africains qui se sont sentis profondément insultés par Sarkozy. Quoiqu’elle doit aussi savoir que ce genre de bosse, une bosse… d’honneur je dirai, ne guérit pas d’une seule phrase, hélas.

Voir l’image dans son contexte :
www.lepoint.fr/…/917/0/322427