Retrouvailles chez Maurice Alcindor : Jocelyne Béroard, Orlane, Lucienne ? La joie et la gaité !

Invitée de Maurice Alcindor, Momo pour les amis, Dodor pour les intimes…

Jocelyne Béroard, Orlane, Lucienne Chenard… L’invitation de Maurice Alcindor de participer à son émission culte « Palé pani sézon » m’a permis de retrouver trois superbes copines d’un coup ! Quel bon moment !

Je suis fan de Maurice Alcindor. Cet artiste anime depuis plus d’un demi-siècle, une émission dominicale sur RFO Martinique, qui secoue tout le monde de rire et de bonne humeur entre 9 et 11 heures. Au fil du temps, Maurice Alcindor, humoriste, chanteur, auteur, fantaisiste, acteur, animateur est devenu une icône dans le pays. Parce qu’il le vaut bien.

Dodor et moi, c’est une vieille histoire, qui débute au lycée Ernest Renan où je fais ma secondaire et où il travaille. Il m’a donc vu toute jeunette et pas question de faire l’intéressante devant lui.  A cette époque, j’accompagne Manman à l’Olympia pour voir le One Man Show de Alcindor, qui chante, danse, joue la comédie et c’est toujours un grand plaisir. Nous avons toujours entretenu des rapports, moi, respectueux et admiratifs pour lui, lui carrément affectueux pour moi, et ce, depuis toujours. Dès cette époque, les artistes entre nous se sont rencontrés et appréciés je crois bien.

Je suis tellement impressionnée par son talent et son personnage, que j’ai écrit pour lui une comédie musicale, taillée sur mesure pour ses moustaches. Il en est le principal interprète, acteur, chanteur et danseur. Cette pièce s’appelle « Edmonde et Rosembert » et se déroule dans une maison d’accueil de personnes âgées. J’aimerai vraiment pouvoir la monter un jour. En attendant, je retrouve et j’admire toujours autant Maurice Alcindor, « Momo pour les amis, Dodor pour les intimes, accompagné par Monsieur Mesdouze, accroché à sa guitare comme une ventouse ! » comme l’affirme l’un de ses slogans.

De fait, par le passé, j’ai souvent été l’invitée de Dodor et j’ai à chaque fois répondu à l’invitation parce que c’est toujours la garantie de vivre un bon moment car Dodor n’invite que des gens très gais et très sympathiques.

Dimanche dernier, je fus gâtée, puisque l’émission était dédiée à Jocelyne Béroard. J’y suis allée aussi pour rendre hommage aux qualités humaines qui font de Jocelyne une grande dame en plus d’une grande chanteuse : la sensibilité, la générosité, la gentillesse, la simplicité… J’avais tout cela à dire d’elle.

Quelle fut ma joie quand je vis Orlane débarquer dans le studio ! Je vous ai déjà dit tout le bien que je pense de cette chanteuse dont je suis aussi fanatique et inconditionnelle. Notre plaisir fut réel, notre étreinte chaleureuse, notre embrassade sérieuse… Après l’émission, on va parler musique, à refaire ensemble. Le bonheur !

Et puis, ce jour là, je retrouvai aussi Lucienne Chenard, l’actuelle rédactrice en chef de TV magazine Martinique. Je connais Lulu (pour les intimes, comme dirait Alcindor) depuis très longtemps, car nous avons travaillé à TV Mag ensemble un bout de temps. Je n’en n’ai gardé que de bons souvenirs, et ce fut donc un plaisir de la retrouver après tout ce temps. Elle n’a pas pris une ride, est restée pareille à mon souvenir, discrète et souriante, avec son appareil photo toujours en alerte maximale.

Tout ça pour vous dire quel superbe moment j’ai passé grâce à Dodor, Doudou comme je me permets d’appeler celui que je considère comme l’un des plus grands artistes de la Martinique.

J’ai eu envie de vous le conter, en partage.

5 comments on “Retrouvailles chez Maurice Alcindor : Jocelyne Béroard, Orlane, Lucienne ? La joie et la gaité !”

  1. imaniye dit :

    Oh merci Lulu… En ce moment, je suis sensible aux calins et le tien est vraiment bienvenu et délicieux !
    C’est vrai que Dodor est un génie. Et tu sais comme moi que c’est peut-être quand il sera mort que l’on se rendra compte de la place immense qu’il tient, sans même s’en rendre compte, dans le coeur des gens et de la société martiniquaise.
    Je te ferai lire la pièce dont je parle, si tu as le temps, tu me diras ce que tu en penses.
    En attendant, envisageons de nous revoir, quand tu veux, pour se dire et se redire encore des mots doux !
    A très vite donc !

  2. Lucienne dit :

    C’est vrai que Dodor est un monument de notre culture. Je me souviens de ces spectacles à l’époque où le Foyer de Bellevue accueillait le public, bien avant que naisse l’Atrium. Dodor faisait sur scène une « femme » formidable. Le public participait. Je me souviens d’une fois où il a demandé à Feu Camille Darsières de voir avec Simon Jurad si il n’y avait pas une solution pour ses cheveux. Toute la salle, y compris M. Darsières, était écroulée…
    C’est vrai, ça été un plaisir de te revoir Dalila. Je me souviens bien de la journaliste sans langue de bois… et tes interventions à l’émission de Dodor montre bien que tu n’as pas changé.
    Alors, loin des yeux peut-être mais jamais loin du cœur.

Comments are closed.