Sylviane Lorté : C’était top !

Salle archi comble et archi comblée !

On a failli rester dehors ! Plus de place à notre arrivée au cinéma de Sainte Marie où se produisait Sylviane Lorté. Il fallut force sourires et supplications pour assister à l’un des meilleurs concerts de l’année ! Bravo sista…

reginesylvianeimaniyedom.jpg Régine, Sylviane à ma droite et Dominique Lorté… Un air de famille ?

On devait rester debout, mais, par miracle, quelques places nous attendaient au fond au fond au fond à droite, dont personne n’a voulu, mais que nous avons accueillies comme une bénédiction. Et c’est là, bien calées au fond au fond au fond que Régine, Katherine Parize et moi avons bu tout le long le concert que Sylviane a offert à une salle archi comble donc, mais aussi archi comblée !

Elle avait annoncé un concert spirituel et elle nous l’a offert. Accompagnée par la chorale Allégresse de Sainte Marie (super chorale dé !), en présence de sa petite sœur Dominique (mon sosie dit-on mais je la trouve bien plus jolie à regarder que moi) et de sa manman, ma sœur à moi, Agnès que j’ai eu plaisir à revoir et qui continue d’être le portrait craché de notre papa.
– « Tu es même devenue chabine avec le temps on dirait »
lui dis-je, surprise !
– « Ce sont les cheveux blancs ?! » dit-elle, les mêmes que papa… Voila l’histoire.
Enfin ! Le hasard nous ayant placées à quelques rangées d’elle, nous avons pu voir la fierté, la joie, le plaisir transparaitre dans son attitude face à sa progéniture qui nous enchantait de fort belle façon.

regineagnesimaniye.jpg Entre Régine et moi, Agnès, première fille de feu papa…

Alors Sylviane ! Elle a drôlement évolué et son art avec. J’ai vu, assise au piano, une chanteuse tellement plus libre que d’habitude, tellement plus sure d’elle, de son art, de ses choix. Et j’ai entendu deux trois gros tubes, en particulier une composition où elle met en scène la rencontre de Césaire avec Dieu… Une trouvaille géniale qui parait très crédible même si on sait que Césaire n’était pas croyant au sens où Sylviane l’entend. Mais elle arrive à les faire dialoguer sans rien enlever au maitre défunt de son esprit ! Par-fait ! Un tube…

Il y en eut d’autres. J’ai surtout noté de très belles mélodies, une rythmique qui deviendra probablement sa marque, un swing jazz caribéen terrible… Bref, deux heures durant, j’ai bu sa création, ses mélodies, ses paroles (quelle intelligence dans les paroles, mon dieu !) et je suis sortie de là absolument ra-vie par sa performance.

C’était une concert flap-flap car elle repart tout de suite à Paris où elle vit. Mais nous devons diner ce soir ensemble. Je lui dirai de vive voix combien nous sommes fiers d’elle, de son parcours, de son talent. Mieux, je la mettrai devant cette page où j’espère vous avoir fait mesurer la grandeur d’une artiste qui va, sans aucun doute, faire pas mal parler d’elle dans les temps qui viennent !