Violences en Guadeloupe : Première et unique réponse de M.Alliot Marie: 4 escadrons de gendarmerie !

Allooo, y’a quelqu’un au ministère ?

On n’avait jamais vu ça ! Ni une grève pareille, ni une mobilisation pareille, ni un mépris pareil (quoique)… Et  on n’avait encore non plus jamais vu un ministre de tutelle aussi absent d’un conflit et aussi apparamment vide d’humanité de toute l’histoire du ministère des Dom !

sarkozy_mam.jpg
Monsieur Sarkozy, « hyper-président-hyper-absent » et Mme Michele Alliot Marie, la Ministre de l’intérieur et de l’Outre-Mer aussi figurez vous ! Vu des Antilles, on ne l’aurait jamais dit…

Nicolas Sarkozy est jugé terriblement absent depuis un mois de conflit, malgré des dizaines de milliers de personnes de tous âges dans la rue ! Mais pire ! depuis un mois de conflit, tout le monde a oublié que les DOM dont font partie la Martinique et la Guadeloupe ont un ministre de tutelle ! Oui, messieurs et dames ! Il y a au gouvernement, un ministre dont les DOM sont la charge, c’est Madame Michèle Alliot-Marie? Et durant tout le conflit, personne ne l’a vue ni entendue, à aucun moment, tout comme son Président qu’elle imite en ce sens, en tout point.

Oui, on nous a envoyé Yves Jégo. Mais quelle maladresse dans le traitement du dossier ! Il arrive, il discute ferme, il dit ok, il promet, il rédige un accord, il quitte la Guadeloupe et la table des négociations sans prévenir et sans s’excuser, il reste en France quelques jours, et puis il revient dire que non, finalement, qu’il n’a jamais rien promis, que c’est pas vrai, qu’il n’a pas pris d’engagement et que donc, les membres du collectif qui ont discuté pour rien pendant tout ce temps avec lui ont tout simplement fait un rêve… collectif !

Pendant ce temps là, que fait notre ministre ? Nul ne le sait aux Antilles, car Madame se tait, ne s’implique à aucun moment dans le timing… Comment interpréter ce silence ? chacun le juge dans son âme, et la situation se met à pourrir tout doucement entre l’état qui dit et se dédit et le collectif, que dis-je, le peuple dans l’attente d’une solution acceptable qui ne vient pas, jour après jours, depuis si longtemps.

16-fevrier-en-martinique-m.jpg
photo : Delgrès

Alors les jeunes s’énervent, au bout d’un mois de mépris total. Alors ils s’engagent eux aussi dans le conflit, mais eux ne savent pas dire les choses comme les Ainés. Ils ont leur langage de chômeurs-laissés pour compte-méprisés des colonies. Alors, à la première provocation policière, ils explosent !

Résultat : un mort, un syndicaliste ! Alors là, Madame Alliot Marie ne peut plus se taire ! Et elle se met donc à agir et ses actions sont grandioses :

1) Elle expédie 4 escadrons de gendarmeries pour commencer. Ça fait un mois qu’on attend un mot d’elle et ses premiers mots pour ceux qui considèrent qu’ils se battent pour du pain sont : « Voici du baton ! »…

2) Madame la ministre de l’Outre Mer annonce qu’elle fait une réunion. Puis on apprend que ce sera en fait une réunion… quotidienne ! Après un mois de conflit. Une réunion non pour ramener la paix sociale, mais uniquement axée sur la sécurité… Après qu’on ait bien exaspéré la population qui a, depuis tout ce temps et malgré tous les désagréments encourus sur place, gardé tout son calme !

Voila une attitude qui a vraiment de quoi exaspérer ces gamins de 15 ans (nos enfants, Madame la ministre) que les Ainés n’arrivent plus à tenir et qui sont prêts à perdre leur vie, armés de pierres et aussi de fusils parait-il, pour qu’enfin vous interveniez ! Et de quelle noble façon !

Le deuil, encore ! Du sang, encore ! La mort, encore et toujours, comme à chaque fois que ceux que vous dîtes être vos frères et vos égaux vous regardent en face et réclament ces droits pour lesquels des générations d’Antillais ont payé le prix fort durant des siècles et des siècles !

Aujourd’hui, les Martiniquais sont appelés à marcher dans le recueillement à partir de 9 h à la Maison des Syndicats, et sur toutes les places des communes pour ceux qui ne peuvent s’y rendre, parés d’un brassard noir à la mémoire de  Jacques Bino, le martyr de la grande grève de février 2009…

Et aujourd’hui, alors que le sol de la Guadeloupe taché par son sang est foulé à grandes enjambées par les bottes de vos gendarmes nouvellement débarqués, si vous saviez madame à quel point tellement d’antillais  se demandent ce que vous faites à la tête de leur ministère de tutelle, et en quoi vous pouvez bien leur être utile, Madame…

Ministre de l’Outre mer ? Tchiiiiiiiiiip !

Quant à M. Sarkozy, je viens de le voir à la télé, ne lachant rien sur la Guadeloupe à l’issue de sa rencontre avec les partenaires sociaux français de France, en l’absence de ceux des Antilles, en grève générale. Il se réserve pour après sa réunion avec les élus de Martinique et de Guadeloupe qu’il a invités à l’Elysée demain jeudi. On nous a annoncé qu’il allait intervenir sur RFO, la chaine de la France Outre Mer. On reste entre nous, n’est-ce-pas ? Au moins nous, on saura comment il voit les choses, du moins on l’espère.

Après il va enfin parler à ce bon peuple d’Outre-mer.
Après, après, toujours après…

C’est bien de ça dont on a marre, c’est de passer toujours après.
Comme toujours.
Mais plus maintenant ?
La réponse se joue dans les rues de Pointe-A-Pître, en ce moment même…

Oh Dieu, prends pitié de nous !

______________________________________________

1ère Photo dans son contexte :
http://www.lepoint.fr/actualites-politique/rossi-mute-mam-revendique-la-sanction-sarkozy-soutient-la/917/0/271013