Zemmour ou Ardisson, on nous mène en bâteau dé !

Attention, manipulations de masse !

Zemmour ? Bof ! Mais ce qu’il nous apprend au détour de la justification de son racisme est par contre édifiant ! Jugez en et apprenez comment la télé et ses animateurs sans foi ni loi nous gèrent depuis leurs studios…

Aujourd’hui dans la presse, Eric Zemmour menacé de licenciement se défend, becs et ongles, en se fendant d’un courrier que l’on peut lire intégralement ici… Je lis ça comme ça, parce que les propos de Zemmour, franchement y’a longtemps que je ne les entend plus. Mais enfin, j’ai toujours été fascinée par les contorsions de la mauvaise foi et c’est donc elle que je traquais en lisant la pensée de l’homme qui, tout comme la parole, vaut l’homme. Et là, bla bla bla et puis paf ! On se dit que c’est de la science fiction et c’est pourtant là, sous nos yeux ébahis, de voir comment on nous mène en bateau.

Quelle galère pour ceux qui croient être en face de la vérité quand ils regardent par exemple une simple émission à la télé. Ainsi, celle durant laquelle la vedette  du paf a dérapé, dans l’extrait que vous pouvez voir plus haut. Regardez le spectacle, mis en scène d’un moment prévu pour faire scandale. Et voici maintenant la version de Zemmour, telle qu’il la livre dans sa lettre.

« La mise en scène tout de gouaille cynique d’un Ardisson sur Canal +, qui prévient d’avance par un panneau comme dans les dessins animés de Tex Avery : «Attention, Zemmour dérape», et qui mime un effarement scandalisé d’autant plus surjoué qu’il est enregistré et inséré a posteriori, tandis que pendant l’émission, il avait pris un air patelin, pour me glisser à l’oreille : «tu as un rôle très important dans la société de dire les vérités qui dérangent…Ne t’inquiète pas, je te protégerai au montage…» Car si mes propos étaient si infâmes à ses yeux, que ne les a-t-il coupés au montage ? »

Voila. Et avec ça, tout le monde est content. Thierry Ardisson a singé l’émoi après coup et l’info fait le buzz. Zemmour a fait parler de lui par la polémique dont il a fait son fond de commerce. Et nous dans tout ça, on est témoins d’un jeu ignoble dont on n’a pas d’autre carte que le petit bouton sur lequel on peut toujours appuyer pour refuser d’être le jouet au carnaval d’eux autres !